[Interview] 10 questions à Charlotte Orcival

Hello mes passionnés !

Alors que « Ma folie la plus sage », la toute nouvelle romance de Charlotte Orcival est sortie il y a tout juste une semaine, je vous propose aujourd’hui d’en apprendre un peu plus sur l’auteure à travers cette interview.

Je tiens à remercier de tout cœur Charlotte d’avoir accepté de se prêter au jeu et espère que cette entrevue vous plaira autant qu’il m’a plu de la réaliser. Et si, en plus, elle vous donne envie de découvrir la plume talentueuse de cette auteure alors je serai une blogueuse comblée !

Sans plus attendre je vous laisse faire la connaissance de Charlotte Orcival et vous souhaite une agréable lecture !


1/ Peux-tu présenter en quelques mots ? Qui es-tu et quel est ton parcours ?

Je suis l’auteur de 4 romans, propriétaire de 2 chats, éleveuse de 2 enfants… J’arrête avec les chiffres, c’était un clin d’œil au personnage de Julia, dans mon nouveau roman qui aime beaucoup tout compter ! Mon parcours est assez classique : j’ai un travail tout à fait sérieux dans un tour de la Défense à Paris… Mais j’avais envie d’exprimer une autre part de moi, besoin de m’accomplir et il y a trois ans, je me suis mise à écrire plus sérieusement que je ne le faisais jusqu’à alors. Pour ma plus grande joie.

Mon parcours est assez classique : j’ai un travail tout à fait sérieux dans un tour de la Défense à Paris… Mais j’avais envie d’exprimer une autre part de moi, besoin de m’accomplir et il y a trois ans, je me suis mise à écrire plus sérieusement que je ne le faisais jusqu’à alors. Pour ma plus grande joie.

2/ Qu’est ce qui t-a-donné envie d’écrire ? Quels auteurs t’ont inspiré ?

Les grandes inspirations viennent de d’auteurs américains comme JD Salinger, Paul Auster, Brett Easton Elis. J’aime la littérature américaine depuis toujours et j’aime aussi les histoires d’adolescence car c’est une période où se cristallisent les expériences parfois pour toute une vie. D’ailleurs, mon envie d’écrire il y a trois ans est venue de mon désir de saisir les souvenirs que m’inspiraient ma propre adolescence. Ca a donné « Forever Young ».

3/ Quand écris tu dans la journée ? As-tu des rituels particuliers ?

J’ai plein de rituels que je m’invente au fur et à mesure car j’ai besoin de changements, de petites choses nouvelles pour me motiver. Un nouveau carnet pour gribouiller ou une nouvelle appli dans mon téléphone ou une lecture motivante. Mais ce que je sais de moi, à présent, c’est que me fixer des objectifs, comme écrire tous les jours, écrire un nombre de mots, c’est un rituel en tant que tel. J’aime être fière de moi à la fin d’une journée quand j’ai réussi à le faire. Mon rituel d’autosatisfaction !

4/ Quelles sont tes autres passions en dehors de l’écriture ?

Beaucoup, beaucoup lire (en jalousant secrètement des tonnes d’auteurs talentueux), organiser des voyages et les vivre ensuite, faire des marathons de séries.

5/ Ton dernier roman vient de sortir. Quel(s) personnages as-tu le plus aimé travailler ?

Le personnage masculin principal, Leonard Bennett, dit Lenny. Il était exotique à mes propres yeux. Anglais, comédien, hipster, londonien, voyageur… Je devais le suivre, il allait à toute vitesse. Le voyage avec lui m’a beaucoup plu !

6/ Quels faits et/ou personnes t’ont inspiré pour cette histoire ? Comment est tout simplement né ce récit ?

Mon récit est né de l’envie d’explorer la question de l’amour dans un monde globalisé, virtualisé, où les distances, on s’en affranchit en prenant des avions ou en communiquant via les Réseaux Sociaux mais en réalité, les distances sont peut-être encore plus grandes. Ca m’a fait penser à Roméo et Juliette, la quintessence d’un jeune couple d’amoureux. Sauf que les obstacles à leur histoire sont différents. On n’est plus à Vérone !

7/ Quelle scène as-tu le plus apprécié d’écrire ? Et au contraire, laquelle t a présenté le plus de difficultés ?

La scène que l’on va appeler « la cour carrée du Louvre » a été un bon moment d’écriture. Je l’avais en tête longtemps avant de la poser sur le papier. Le lieu est tellement inspirant. Si vous passez par-là, à la nuit tombée, allez faire un tour et penser à Lenny et Julia.

8/ Peux-tu nous donner ton avis sur en quelques mots sur le dernier livre que tu as lu ?

Le prix Goncourt « Et nos enfants après eux » de Nicolas Mathieu est un formidable livre. Très « social », avec des personnages plus vrais que nature.

9/ Quel est ton mot préféré ? Celui que tu détestes ?

« Catimini » est mon mot préféré. Je le trouve mignon, pudique, futé, original. On le croit venu d’Italie alors que c’est un mot français bien moyenâgeux. Je me retrouve dans ce mot. Celui que je déteste ? « Pouffiasse » qui me vrille les oreilles.

10/ Un dernier petit mot à adresser aux lecteurs?

Ne soyez pas trop sages, pas trop prudents. Au fond, ça ne sert à rien, ça ne protège pas de grand-chose. . Dans « vivre ou ne pas vivre », c’est vivre qui compte !

Pour plus d’informations:

Site Web de l’auteure

Sa Page Facebook

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s