[Littérature] Benzos

Genre : Thriller

Edition : Taurnada
Parution : Novembre 2019
Nombre de pages : 217 pages

Résumé :

Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller avec cette sensation de déjà-vu ?
Sauriez-vous faire la différence entre le vrai et le faux ?
Avez-vous une confiance absolue en vos proches ?
Nick semble mener une vie tranquille, entouré de sa femme et de ses voisins. Pourtant, le jour où des amis de longue date arrivent, son existence tout entière va basculer dans l’étrange et l’impensable.
Réalité ? Psychose ? Quelle preuve avez-vous finalement de votre réalité ?

En quelques mots :

Ce que j’ai aimé : le personnage principal

Ce que je n’ai pas aimé : le dialogue final

Mon avis :

Avant de donner mon avis sur « Benzos » , je tiens à remercier sincèrement l’auteur Noël Boudou ainsi que la maison d’édition Taurnada pour m’avoir fait découvrir cette pépite avant sa sortie officielle !

Wow, quelle claque ! Je n’ai pas d’autres mots. Alors que le début de l’ouvrage peut sembler déroutant et axé sur le sexe (alors que le résumé n’indique pas du tout ça), il est en fait très bien ficelé ! Que de rebondissements, d’intrigue, d’incompréhension du personnage et on rentre complètement dans l’histoire dès les premières pages !

C’est très difficile de chroniquer ce bouquin sans dévoiler un peu de son intrigue donc je vais essayer d’être claire sans gâcher le plaisir de lecture !

Ce qui m’a marqué tout d’abord, ce sont les multiples rebondissements ! Mais jusqu’où l’imagination de l’auteur peut-elle aller ? C’est incroyable. On pourrait penser que l’histoire est assez répétitive puisque les actions sont ancrées dans un cercle vicieux, mais il m’a étonné à chaque fois et rien que pour ça, je lui dis un grand bravo.

J’ai beaucoup aimé le personnage principal : Nick Power. Il a tout pour être heureux, la vie dont rêve certains et pourtant il vit un cauchemar. Dans le récit, Noël Boudou nous fait vivre et surtout comprendre les actions de son personnage. Il aborde le sujet de l’amitié, de la réalité, de la confiance mais aussi de la dépendance. Ce sujet de la dépendance est d’ailleurs magnifiquement traité alors que c’est compliqué. Loin d’être une morale contre toutes sortes d’addictions, il nous montre aussi la vie des proches et les difficultés à surmonter.

J’écrivais un peu plus haut que je trouvais la fin terrible. Terrible dans le sens où c’est tellement inattendu et fort qu’on en attendait une toute autre. C’est le genre de livre où on se dit « non ça ne peut pas se passer comme ça », et pourtant si. Le point qui m’a déplu par rapport à ça, c’est le discours de la femme à la fin. Je l’aurai aimé plus fort, plus détaillé sur ce qu’elle avait fait, peut-être que j’aurai voulu ressentir davantage ses sentiments.

C’est néanmoins un très beau livre noir comme j’aime ! Noël Boudou a d’ailleurs écrit Elijah (son premier bébé) et je pense le lire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s