[Interview]La parole à Théo Lemattre

Hello mes passionnés. On se retrouve aujourd’hui pour une interview, celle d’un jeune auteur au talent prometteur: Théo Lemattre. Je le remercie d’avoir gentiment accepté de répondre à mes questions. Si vous avez raté ma chronique sur son thriller « La malédiction du Vatican », pas de panique ! Cà se passe par ici.

Je laisse dès à présent la parole à Théo et espère que sa compagnie vous donnera envie de découvrir ses écrits par la suite.

theo

1/ Peux tu te présenter et nous parler de ton parcours ? et 2/Qu’est ce qui t’a donné envie d’écrire du jour au lendemain ?

Bien sûr. Je m’appelle Théo Lemattre, j’ai 19 ans, et je vis dans le sud de la France. À Montpellier, précisément. Je suis titulaire d’un baccalauréat littéraire et, récemment, j’ai arrêté mes études pour me consacrer pleinement à ma passion. Ça a été un choix difficile et un véritable saut dans le vide, mais je ne regrette absolument rien ! J’ai grandi dans un milieu assez littéraire, en fait. Mon père lit beaucoup, ma mère aussi, et même ma copine, avec laquelle je vis actuellement, lit beaucoup. En fait, ça m’est un peu apparu d’un coup. Je t’épargne l’histoire abracadabrantesque sur les raisons qui m’ont poussé à vouloir devenir ce que je suis, mais je crois que c’était tout simplement en moi et que j’ai fini par mettre la main dessus.

3/ As-tu des habitudes d’écriture ? Des manies ?

Rah ! On est obligés de parler des manies et des trucs un peu bizarres qu’on fait ? Mince… Alors… Oui, y’a bien quelques petites choses que je fais, mais c’est vraiment trois fois rien. Je me lève tous les matins à 7H45 pour écrire, je déplace ma table face à la fenêtre, et je regarde toujours la lumière du soleil droit dans les yeux quand il se lève. En général, je fais ça en pull. J’aime être en pull. Et à côté, j’ai mon indispensable café. Enfin… Ricoré.

4/ Quel est ton mot préféré ? Et celui qui t’insupporte?

J’ai plein de mots préférés ! Mais si je devais n’en citer qu’un seul, ce serait… Nitescence. Je trouve ça absolument magnifique comme sonorité. Et ça me rappelle à la fois la douceur, un petit scintillement, des braises dans un feu, ça m’évoque plein de choses, je ne sais vraiment pas pourquoi. Je crois qu’il ne faut pas chercher et accepter que j’adore ce mot. Par contre, je ne ferai aucune discrimination textuelle. J’aime tous les mots. Pas autant les uns que les autres, mais je les aime tous. Ils me sont tous tellement utiles. Tous ces moyens détournés pour te dire que je suis amoureux de la langue et que je n’ai pas vraiment de mot que je déteste plus qu’un autre.

5/ Quel personnage de thriller te fascine le plus? Pourquoi?

Alors… Là, au risque de te surprendre… Je ne lis que très peu de thrillers. Alors je vais devoir malheureusement contourner la question et m’en auto-poser une. Je vais donc te dire qui est mon personnage de roman préféré. Et je dirais, sans aucun doute, qu’il s’agit de Meursault, dans l’Etranger d’Albert Camus. Il est à l’écart. Tantôt adorable, tantôt détestable, mais il ne laisse jamais indifférent.

6/ As-tu des passions en dehors de l’écriture?

En dehors de l’écriture, j’aime bien la musique. Mais comme tout le monde, je pense… Je suis surtout passionné d’écriture, en fait ! C’est vraiment une passion que je vis à fond.

7/ Dans « La malédiction du Vatican » , pourquoi avoir choisi d’évoquer le sujet de l’exorcisme et de la religion ?

Alors là, c’est une bonne question… Et pour y répondre, il faudrait que je puisse te dire pourquoi j’ai choisi d’écrire ce livre là plutôt qu’un autre… Et malheureusement, je n’en ai vraiment aucune idée. Les choses viennent et s’en vont, le tout c’est de les capter tant qu’elles sont là et de travailler la matière pour en faire quelque chose de bon. Là, c’est ce qui en est sorti. En vérité, j’ai la vague impression de prendre de la matière entre mes mains et de la caler dans un moule un petit peu au hasard, et d’attendre qu’elle en ressorte. Quand je lis le livre, je suis tout aussi surpris que toi, en vérité. J’ai besoin de me surprendre moi avant de surprendre le lecteur…

8/ Quels auteurs t’ont inspiré?

J’ai été inspiré surtout par les auteurs classiques. Ce sont des maîtres, des orfèvres de la langue.

9/ Combien de temps en moyenne accordés tu a l’écriture par jour?

En fait, cela varie pas mal. En moyenne, je dirais entre 5 et 8H. Mais tu vois, la fourchette est quand même un peu large… Et ça, tous les jours !

10/ Un dernier mot pour convaincre les abonnés de découvrir tes livres ?

Je n’ai qu’une chose à dire : je me cultive en écrivant. Je suis certain de faire le bonheur de tous ceux qui aiment la documentation et les sources fiables. Si j’aime apprendre en écrivant, je suis sûr qu’ils aimeront apprendre en lisant. Et quand je dis ça, il ne s’agit pas d’une relation maître-élève. Genre, je sais tout, tais-toi et écoute. Non. Je suis en train de vous remercier, mes chers lecteurs. Car c’est grâce à vous que j’emmagasine ce savoir et que je le transmet à travers les livres. Je le fais passer du mieux que je peux. Peut-être pas à la perfection, mais de tout mon cœur. À très vite.

Encore un grand merci à Théo pour ses réponses. Tous les romans de l’auteur sont disponibles sur Amazon. L’interview vous a séduit? N’attendez plus et suivez ses actualités sur sa page dès maintenant.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s