[9]Plume à Papote: Grace Minlibé

Hello tout le monde ! Aujourd’hui je vous retrouve autour de notre rendez-vous hebdomadaire propice aux découvertes livresques et sous le signe du partage. En ce dimanche, j’ai le plaisir d’accueillir Grâce Minlibé, écrivain depuis décembre 2014 avec la parution de son recueil de poèmes « Chimères de verre » et co-auteur du recueil de nouvelles « Une nuit avec Baker ». Désirant partager sa passion pour la lecture et l’écriture et faire découvrir son continent à travers ses belles lettres, Grace a créé en mai 2015 un blog éponyme que je vous invite vivement a découvrir en cliquant ci-dessous.

plume à papote grace minlibé

Son blog: https://graceminlibe.wordpress.com/

Je tiens à remercier Grace qui a gentiment accepté de se prêter au jeu de La Plume à Papote et vous laisse donc découvrir les 5 lectures d’auteurs africains qui l’ont marqué. 

1/ « Verre cassé » d’Alain Mabanckou :

verre casséRésumé:

Verre Cassé est un client assidu du Crédit a voyagé, un bar congolais crasseux. Un jour, le patron lui propose d’écrire les histoires héroï-comiques des habitués, une troupe d’éclopés aux destins pittoresques… Dans cette farce métaphysique où le sublime se mêle au grotesque, Alain Mabanckou nous offre le portrait truculent d’une Afrique drôle et inattendue.

Ce qu’en pense Grace:

Mon livre bonne humeur. Je ne peux pas compter les éclats de rire que j’ai eus durant ma lecture.  Lire Alain Mabanckou c’est comme prendre une douche bien froide en pleine canicule. Son style est rafraîchissant et captivant. Les personnages sont si grotesques, si sublimes ! J’ai été touchée par la persévérance de L’escargot entêté, le langage rythmé et le talent ironique de Verre Cassé, la déconvenue du type aux Pampers, les grands airs de L’Imprimeur et le côté rustre de Robinette.

2/ « Lagos Lady » de Leye Adenle :

Résumé:

lagos ladyMauvaise idée de sortir seul quand on est blanc et qu’on ne connaît rien ni personne à Lagos ; Guy Collins l’apprend à ses dépens, juste devant le Ronnie’s, où il découvre avec la foule effarée le corps d’une prostituée aux seins coupés. En bon journaliste, il aime les scoops, mais celui-là risque bien de lui coûter cher : la police l’embarque et le boucle dans une cellule surpeuplée, en attendant de statuer sur son sort.

Le sort, c’est Amaka, une splendide Nigériane, ange gardien des filles de la rue, qui, le prenant pour un reporter de la bbc, lui sauve la mise, à condition qu’il enquête sur cette vague d’assassinats. Entraîné dans une sombre histoire de juju, la sorcellerie du cru, notre journaliste à la manque se demande ce qu’il est venu faire dans cette galère, tandis qu’Amaka mène la danse en épatante femme d’action au milieu des notables pervers.

Hôtels chics, bars de seconde zone, jungle, bordels, embouteillages et planques en tout genre, Lagos bouillonne nuit et jour dans la frénésie highlife ; les riches font tinter des coupes de champagne sur Victoria Island pendant que les pauvres s’entretuent à l’arme lourde dans les bas quartiers

Ce qu’en pense Grace:

Mon énorme coup de cœur en 2016. C’est un polar au rythme effréné. Je ne fais pas de sport mais j’ai été servie avec ce livre, il m’a fait courir à vive allure dans Lagos. J’ai aimé sa violence, j’ai aimé les moments de douceur et les notes d’amour entre les personnages principaux. Leye Adenle est un auteur à suivre.

3/ « Les frasques d’Ebinto » d’Amadou Kone :

les frasques d'ebintoRésumé:

Ce jour-là seulement, je compris qu’il est des femmes qui sont faites pour éblouir, pour allumer les passions et qui sont sources de souffrances puis qu’il en est d’autres qui, bien que discrètes, assurent à l’homme une vie tranquille avec non moins de plaisir. Monique était de ces dernières. Monique, si je l’avais voulu, aurait toujours su me soutenir, m’aider à lutter et à vaincre. Oui, l’amour de Monique, c’était la plus belle chose que la vie m’eût donnée.

J’en étais conscient maintenant et peut-être était-il trop tard.

Ce qu’en pense Grace:

C’est l’une des plus belles œuvres de la littérature ivoirienne. L’histoire est tragique et émouvante et c’est ce qui en fait toute sa beauté. J’ai beaucoup aimé le réalisme des sentiments des personnages. 

photo de groupe au bord du fleuve4/ « Photo de groupe au bord du fleuve » d’Emmanuel Dongala :

Résumé:

Ce matin, quand Méréana se réveille, elle sait que la journée qui l’attend ne sera pas comme les autres. Elles sont une quinzaine à casser des blocs de pierre dans une carrière au bord d’un fleuve africain. Elles viennent d’apprendre que la construction d’un aéroport a fait considérablement augmenter le prix du gravier, et elles ont décidé ensemble que le sac qu’elles cèdent aux intermédiaires coûterait désormais plus cher, et que Méréana serait leur porte-parole dans cette négociation. L’enjeu de ce qui devient rapidement une lutte n’est pas seulement l’argent et sa faculté de transformer les rêves en projets – recommencer des études, ouvrir un commerce, prendre soin de sa famille… Malgré des vies marquées par la pauvreté, la guerre, les violences sexuelles et domestiques, l’oppression au travail et dans la famille, les « casseuses de cailloux » découvrent la force collective et retrouvent l’espoir. Cette journée ne sera pas comme les autres, c’est sûr, et les suivantes pourraient bien bouleverser leur existence à toutes, à défaut de changer le monde. Par sa description décapante des rapports de pouvoir dans une Afrique contemporaine dénuée de tout exotisme, Photo de groupe au bord du fleuve s’inscrit dans la plus belle tradition du roman social et humaniste, l’humour en plus.

Ce qu’en pense Grace:

Ce livre est le portrait de femmes qui se construisent une deuxième vie parce qu’on a détruit la première, ont subi le pouvoir de l’Etat, du sexe masculin. Au fil des pages, on découvre des femmes avec un passé douloureux, un présent laborieux et un futur qu’elles espèrent radieux. Elles ne font pas que l’espérer, elles se battent pour l’avoir. J’ai admiré leur force, leur solidarité, leur détermination… J’ai adoré ce roman pour la narration à la deuxième personne que je trouve originale et vivante.

5/ « Celles qui attendent » de Fatou Diome :

celles qui attendentRésumé:

Arame et Bougna, mères, respectivement, de Lamine et Issa, deux émigrés clandestins. Elles ne comptaient plus leurs printemps, mais chacune était la sentinelle vouée et dévouée à la sauvegarde des siens, le pilier qui devait tenir la demeure sur les galeries creusées par l’absence. Mais comment
dépeindre la peine d’une mère qui attend son enfant, sans jamais être certaine de le revoir ? Coumba et Daba, quant à elles, humaient leurs premières roses : jeunes, belles, elles rêvaient d’un destin autre que celui de leurs aînées du village. Assoiffées d’amour, d’avenir et de modernité, elles
s’étaient lancées, sans réserve, sur une piste du bonheur devenue peu à peu leur chemin de croix.
Mariées, respectivement à Issa et Lamine, l’Europe est leur plus grande rivale. Esseulées, elles peuvent rester fidèles à leur chambre vide ou succomber à la tentation. Mais la vie n’attend pas les absents, derrière les émigrés, les amours varient, les secrets de famille affleurent ; les petites et grandes trahisons vont alimenter la chronique sociale du village et déterminer la nature des retrouvailles. Le visage qu’on retrouve n’est pas forcément celui qu’on attendait.

Ce qu’en pense Grace:

Ce livre m’a marqué pour le thème qu’il aborde et la douceur de ses mots. Fatou Diome nous décrit avec délicatesse l’attente cruelle, l’attente qui blesse, l’attente qui dévore. Elle décrit l’illusion de l’eldorado européen, la vanité du paraître, les sacrifices perpétuels des femmes.

Ce article est maintenant fini. J’espère qu’il vous a plu et si c’est le cas n’hésitez pas à me le faire savoir en commentaire =)

Publicités

4 réflexions sur “[9]Plume à Papote: Grace Minlibé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s