[Littérature] Légendes Faës, T1: La Chienne de l’Ombre

Auteur : Manon Elizabeth d’Ombremont

Genre : Dark Fantasy

Edition : L’Ivre Book

Parution : Avril 2017

Nombre de pages : 325 pages (format epub)

la chienne de l'ombreRésumé :

Faëry, sous le règne de l’Empereur Fenrír.
Melyan est une bâtarde. Mi-fomoire mi-fée, elle a pour unique ambition de devenir une grande guerrière, digne de son héritage.
Elyalë est une banshee. Magicienne aux pouvoirs terrifiants, elle est aussi la martyre de l’Empereur.


Tout les oppose, et elles se connaissent à peine.
Pourtant, elles sont demi-sœurs.
Un coup du sort les rapprochera, mêlé à un même désir : celui de survivre dans les ténèbres.
Et de ne surtout pas succomber aux promesses du dieu-dragon Déchu…

Pourquoi ce livre ?

Le 7 mai dernier, je me rendais au Salon fantastique, salon auquel l’auteure Manon Elizabeth d’Ombremont s’est avérée être présente. C’est pourquoi, lorsque le blog a été accepté comme partenaire par la maison d’édition l’Ivre Book, je me suis hatée de me positionner sur ce service presse. Le but ? Découvrir la plume de cette jeune auteure belge avant de la rencontrer ^-^ Je remercie sincèrement la maison d’édition partenaire pour cette intrigante découverte !

Aussi, je dois avouer que la chronique des copines du blog  Ma boîte de Pandore a clairement influencé mon choix par les éloges qu’elles en ont fait.

Couverture :

Avouez que ces tons sombres et violets rappellent quelque peu Maléfique non ? Je trouve cette couverture très représentante du genre et de l’histoire puisqu’elle est intensément sombre et laisse deviner l’univers fantasy qui nous attend dans ce livre. Pas de lucioles et de petits lutins enchantés en vue, non, non…

Mon avis :

La dark fantasy aussi nommée fantaisie noire est un genre qui met en avant des atmosphères sombres, des ambiances lugubres. Ici, oubliez le Bien qui triomphe du Mal puisque ce dernier est même mis à l’honneur dans ce récit. Ce fut une première pour moi dans le genre puisque je n’avais jamais lu de dark fantasy jusqu’ici. Avec la plume de l’auteur, j’ai laissé voguer ma curiosité de lectrice au fil des pages, plongée dans une atmosphère oppressante et un récit intrigant J’ai beaucoup apprécié le style d’écriture à la fois sombre, intense et magique de l’auteure qui nous présente l’univers de la Faëry où vivent banshees, fomoires et autres créatures inspirées de légendes et mythologies folkloriques irlandaises. Ce monde est menacé et dominé par la magie noire.

Dans ce premier tome, l’histoire nous conte avec noirceur les (més)aventures des deux demi-soeurs que tout oppose : Melyan et Elyalë. Dans sa globalité, j’ai passé un agréable moment de lecture et ne regrette aucunemment cette découverte littérairre. L’histoire est cohérente, crédible, bien ficelée mais je me suis parfois perdue dan les termes inconnus et les nombreux personnages. Par chance, l’auteure a pensé à ses lecteurs et a eu la délicate attention de glisser un lexique au début de son livre. C’est pas top çà ? Celui-ci a été mon meilleur ami pendant au moins les trois premiers chapitres et m’a bien aidé à me familiariser avec cet univers fort particulier et recherché. Aussi, je ne recommande cette lecture à aucune âme sensible car Manon Elizabeth n’épargne pas nos émotions dans certaines scènes dont une en particulier qui s’avère dure et poignante ! Si elle passe par là, elle sait pertinemment de quelle scène je parle =)

En résumé, je suis ravie de cette découverte et d’avoir assouvie ma curiosité en matière de dark fantasy. Toutefois, ce livre n’est pas un coup de cœur pour moi, bien que je lirai certainement le second tome ayant été séduite par la plume entraînante et le vocabulaire varié de l’auteure. Si vous êtes amateurs du genre, aimez les récits de créatures sombres mêlés à des conflits, de la réflexion et de la magie noire, ce livre vous plaira et est sans nul doute fait pour vous !

Extrait :

[…] La princesse banshee sursauta et tenta d’ouvrir ses deux yeux pour identifier la provenance de la voix. Elle ne sentait personne dans la pièce, mais c’était peut-être une conséquence des mauvais traitements qu’elle subissait. Fenrír aimait frapper au visage, il aimait exposer sa fille comme un objet et cela amusait les brutes guerrières qui l’entouraient. Certains, parmi eux, étaient des fomoires qui avaient quitté le camp d’entraînement. La majorité se composait de sluaghs, de leànnans, quelques dullahans, et des clurichauns, evidemment. Tous avaient attiré l’attention de l’Empereur par leurs actes de cruauté et gagné leur place sur le champ de bataille.

Qu’elle soit femme ou non ne comptait pas à leurs yeux, d’ailleurs il n’éxistait que des femmes parmi les lleànnans, comme parmi les banshees. Si elle était incapable de se défendre, elle méritait son sort. C’était le credo des fomoires, mais il s’était répandu au peuple unseelie tout entier. […]

Et vous? Avez-vous lu « Légendes Faës » de M.E d’Ombremont? Qu’en avez-vous pensé? N’hésitez pas à venir en discuter en commentaire =)

Si cette chronique vous a plu et que vous souhaitez en savoir plus sur l’auteure, rendez-vous sur sa page Facebook dès à présent pour ne rater aucune actualité !

Publicités

6 réflexions sur “[Littérature] Légendes Faës, T1: La Chienne de l’Ombre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s