[Littérature] Au pays de l’Ailleurs

Auteur : Tahereh Mafi

Genre : Fantastique

Parution : Octobre 2016

Edition : Editions Michel Lafon

Nombre de pages :397 pages

Résumé :

au pays de l'ailleurs« Il était une fois une petite fille délaissée… »

Avec sa peau pâle et ses cheveux de neige, Alice détonne à Ferenwood, ce monde éclatant où les couleurs sont révélatrices d’un don magique. L’incolore jeune fille de douze ans n’a donc apparemment aucun intérêt, et les habitants de ce lieu en ont fait une paria. Aussi, lorsque Oliver lui propose de l’aider à chercher son père, la seule personne qui a toujours cru en elle, Alice accepte. Même si le garçon est son ancien ennemi de classe et que son talent consiste à tromper son monde. Même si, pour retrouver celui qui a disparu trois ans plus tôt, ils devront explorer le dangereux pays de l’Ailleurs… Un endroit où rien n’est ce que l’on croit, et où les pièges pullulent. Un endroit où ils trouveront peut-être plus que ce qu’ils sont venus y chercher.

Couverture :

J’ai tout de suite flashé sur cette couverture aux milles couleurs et surtout à dominante de rose !! Car le rose et moi c’est une grande histoire d’amour qui ne date pas d’aujourd’hui ah ah

Initialement, ce livre avait attiré mon attention au supermarché (l’appel du rose que voulez-vous ) pour sa couverture ainsi que le regard intrigant et plutôt maussade de cette jeune fille. Je trouve que la palette de couleurs et ces feuillages représentés illustrent assez bien l’histoire d’Alice et et laissent supposer l’aspect rêveur, imaginaire et fantastique du récit.

Pourquoi ce livre ?

Pour le rose ! Non heureusement ce n’est pas l’unique raison de mon intérêt pour ce roman. Comme évoqué au dessus, j’ai remarqué ce livre au supermarché et l’avais donc noté sur ma wishlist. Son résumé m’avait fortement plu et surtout c’est du fantastique ! Et comme vous connaissez mon amour pour ce genre de lecture, j’avais prévu de me le procurer.

Lorsque pour une première chronique, les Editions Michel Lafon m’ont gentiment proposé de choisir un livre parmi les différents services presse proposés récemment, mon choix s’est naturellement tourné vers « Au pays d’ailleurs ». A ce propos je remercie  chaleureusement l’attachée de presse des Editions Michel Lafon pour sa gentillesse et de m’avoir envoyé ce premier service presse.

Mon avis :

C’est un avis en demi teinte que je vais vous partager sur cette lecture. Tout d’abord j’ai beaucoup apprécié la plume merveilleuse de l’auteur, très poétique et imagée. Tahereh Mafi nous pose avec talent les mondes qu’elle a imaginés de toute pièce à savoir Ferenwood, lieu où vit Alice et sa famille et Le pays de l’Ailleurs. Ces deux univers sont décrits en détails par une palette de mots aux couleurs chatoyantes à tel point que l’auteur s’improvise artiste peintre de la littérature ! Oui, c’est un peu complexe dit ainsi mais j’entends par là que le champ lexical des couleurs est dominant dans ce récit. Les décors sont somptueux, les personnages totalement irréels et purement fantastiques ! C’est en fait un récit « arc-en-ciel » dans lequel j’ai eu plaisir à voyager au fil des pages. En revanche, les descriptions sont un peu trop présentes à mon goût, ne laissant pas assez de place aux péripéties. Je me suis même demandé parfois quand l’action allait arriver…

Toutefois, le narrateur placé en tant qu’observateur nous conte l’histoire d’Alice et Oliver, deux personnages qu’on voit évoluer au fil des chapitres. Ils se haïssent, se découvrent, s’apprivoisent, s’entraident puis finissent par s’apprécier. J’ai bien aimé assister à l’évolution d’Alice dans cette histoire, cette facette curieuse et à la fois triste qui en découle de la disparition de Père. Quant à Mère, je l’ai détestée, insupportée pour sa méchanceté envers sa fille mais en cherchant bien j’ai deviné un certain mal être chez cette femme esseulée qui en veut à sa propre fille.

Pour finir, la fin de l’histoire m’a tout de même touchée bien que j’ai rapidement deviné la finalité de la scène clé mettant à l’honneur ce mystérieux peintre qu’Alice et Oliver finissent par rencontrer. Ce qui m’a le plus émue est l’amour qu’Alice voue à son père et la morale qui découle de cette histoire. L’auteur met en lumière un profond message de tolérance au travers du personnage d’Alice et de sa différence. Ce message m’a d’ailleurs fait penser à la chanson « L’air du vent » de Pocahontas qui prône la tolérance et l’acceptation de la différence. C’est un de mes Disney favoris d’ailleurs !

Ce n’est donc pas un coup de cœur mais j’ai passé un fantastique moment de lecture en compagnie de ces personnages hauts en couleur.

rêve ta vie en couleurs

Extrait: 

[…] Elle soupira et abandonna ses jupes, dont elle défit les liens pour les laisser tomber sur l’herbe. Les vêtements l’épuisaient. Elle détestait les pantalons encore plus que les jupes, alors elle les gardait sur elle, tant que maman traînait dans le coin. C’était indécent, lui avait dit maman, « de se promener avec ses vêtements de dessous ». Alice avait donc décidé immédiatement qu’un jour elle se ferai pousser des ailes et s’envolerait loin d’ici. Si çà ne tenait qu’à elle, Alice se promènerait tout le temps en dessous, pieds nus et bracelets aux chevilles et aux bras, ses cheveux vanille tressés jusqu’aux genoux. 

Elle retira son corsage et le laissa tomber à terre, ferma les yeux en levant la tête vers le soleil. La pluie de lumière plongeait l’atmosphère dans une lueur surnaturelle. Elle ouvrit la bouche pour la goûter, mais elle avait beau essayer, çà lui était impossible. La pluie de lumière ne touchait pas les gens, parce qu’elle n’était destinée qu’à la terre. C’était elle qui apportait la magie à leur monde; elle s’infiltrait dans l’air et nourrissait le sol; elle faisait pousser leurs plantes et leurs arbres, ajoutant de la profondeur et de la vitalité à l’explosion de couleurs dans laquelle ils vivaient. Le rouge était rubis, le vert fluorescent, le jaune tout bonnement incandescent. La couleur était la vie. La couleur était tout. […] 

Publicités

2 réflexions sur “[Littérature] Au pays de l’Ailleurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s