[10 questions à] Luca Tahtieazym

Hello mes passionnés !

Comme tous les jeudis je vous retrouve pour l’interview hebdomadaire avec le [10 questions à]. Aujourd’hui je suis ravie d’accueillir l’auteur de mon dernier grooooooooooooooooooooos (oui oui tout çà ah ah ) coup de coeur à savoir le talentueux Luca Tahtieazym ! Je vous invite d’ailleurs à (re)découvrir mon avis sur son thriller « Le roman inachevé » que j’ai littéralement apprécié, dévoré, vénéré (oui j’en rajoute une couche des fois que le message ne soit pas passé lol).

 Je tiens sincèrement à remercier Luca pour le temps qu’il a bien voulu m’accorder et vous laisse donc faire plus ample connaissance avec lui dès à présent.

 luca-tahtieazym-montage

1/ Luca, peux-tu te présenter en quelques mots ? Qui es-tu et quel est ton parcours ?

Luca Tahtiemachin, auteur de trois thrillers absolument géniaux (Chaos, L’ombre, Le roman inachevé) – les meilleurs du monde selon ma concierge qui ne les a pas encore lus – et d’un roman d’évasion spirituel basé sur l’alcool, l’importance d’avoir un cœur qui bat et de claquer le cul des pigeons (Bagatelle et la chamade des cœurs perdus).

Je suis un lecteur de toujours. Je déteste la télévision – je m’en suis d’ailleurs passé pendant près d’une dizaine d’années – et je lis deux à trois romans par semaine. Ma passion de l’écriture est venue de là. J’ai quarante ans (mais j’en fais vingt-deux) et j’écris depuis le jour de ma naissance. La première chose que j’ai faite, avant même de pousser mon premier cri, c’est d’écrire « foutez-moi la paix ! » sur un beau drap blanc hospitalier avec le liquide amniotique. J’ai commis trois ou quatre méfaits sous d’autres pseudonymes et en tant que nègre mais pendant longtemps, mes romans n’ont été destinés qu’à mon tiroir ; qui les a aimés, d’ailleurs.

2/ Qu’est ce qui t’a donné envie d’écrire ?

Ce doit être possible mais je ne vois pas comment on peut écrire sans lire. La lecture m’a donné le goût des belles histoires. J’ai aussi travaillé dans le milieu rédactionnel mais la fiction a toujours été mon véritable objectif.

3/ Quel(s) auteurs t’ont inspiré ?

Mes parents étaient de grands lecteurs et à l’heure où les gosses de mon âge regardaient pendant des heures les dessins animés, je passais des nuits blanches avec Jack London et Henri Vernes.

Des auteurs qui m’ont inspiré ? Hélène, si je te donne le nom de tous ceux qui m’ont amené quelque chose, cela prendra des pages.

auteurs-inspire-luca

Quelques exemples cependant : Paul Auster pour l’aspect kafkaïen que peuvent prendre certains de mes romans, James Ellroy pour le style, John Steinbeck pour la manière de faire évoluer ses personnages, Frédéric Dard pour l’humour, Ken Follett pour l’exigence…

4/Quand écris tu ? As-tu des rituels d’écriture ?

J’ai l’avantage d’écrire très vite. Quand je parviens à me ménager des plages horaires exclusivement réservées à l’écriture, je suis très prolifique. Pour la petite histoire, je mets autant de temps pour corriger un manuscrit que pour l’écrire.

Je n’ai pas de rituel et j’écris chaque fois que j’en ai le temps. J’aime bien succomber à ce que j’appelle la « fièvre créatrice ». Ouais, je sais, ça fait un peu pompeux… Il s’agit de ces moments où tes doigts tapent si vite que ton esprit a du mal à suivre. Tu peux avoir ton marmot qui t’appelle parce qu’il s’est coincé un bras dans le mixer et que la lame est en train de lui attaquer le coude, tu t’en fous, y a que ton histoire qui compte.

Et oui, j’ai quelques problèmes avec la DDASS…

5/Quelles sont tes autres passions en dehors de l’écriture ?

Bon, la lecture et l’écriture sont mes principales passions, pas besoin que je revienne là-dessus, non ?

Pour le reste, rien. Ma vie est si fade…

6/Quel est le mot que tu préfères ? Et celui qui t’insupporte ?

Un mot que j’apprécie : hypocrite. Un que je n’aime pas car je suis probablement trop pudique : amour (et tous ses substantifs).

7/Pour toi, qu’est-ce qui est le plus simple dans l’écriture ? Et le plus difficile ?

Le plus simple, c’est de suivre les cercles vertueux. Je m’explique : quand tu ponds un texte ou un roman qui en valent la peine et que les retours sont positifs, ta motivation s’emballe tellement qu’il te faut presque la freiner. Mon bidule a marché ? Banzaï ! C’est parfait, m’dame, j’avais quatre autres projets de romans ! Plus tu vends et plus on aime ce que tu fais et plus tu as envie d’en faire, c’est simple.

Forcément, le plus difficile, c’est de ne pas baisser les bras quand tu as un retour mitigé sur ce que tu croyais être un chef d’oeuvre. J’accueille toutes les critiques avec respect mais si tu te prends un gadin, il faut te faire violence et te remettre au boulot. J’ai eu des retours très positifs sur les quatre romans que j’ai publié sous ce pseudonyme mais je me souviens d’un truc affreux que j’avais écrit il y a une dizaine d’années et qui était tellement déroutant que personne ne l’a compris. Si personne ne le comprend, c’est pas que tu es un génie et que tous les autres sont des cons, non, c’est juste que tu as été mauvais. Il s’en est suivi plusieurs mois sans écrire.

Puis c’est reparti. La confiance en soi dort parfois profondément mais elle se réveille toujours à un moment.

8/Dans ton dernier livre « Le roman inachevé » tu abordes l’écriture comme étant un exutoire pour Romain. Que représente donc l’écriture pour toi ?

Une manière d’obtenir de la reconnaissance et de flatter mon orgueil. Et un défouloir. Et la possibilité d’exploiter une compétence que je pense avoir – dégage, modestie !

Tout le monde ne peut pas aimer ce qu’un écrivain produit. Le style, le genre, il y a tant de choses qui ne peuvent pas plaire à tout le monde que l’auteur qui croit pouvoir faire l’unanimité se fourre le doigt dans l’œil jusque dans une partie de son individu que je ne citerai pas. Mais je m’efforce de proposer des trucs qui tiennent la route sur tous les plans et quand le public suit, c’est une jouissance totale – et je vous garantis que ce mot n’est pas usurpé !

9/Qu’éprouves-tu avant la sortie d’un roman ? Appréhension ? Craintes ? Et après la sortie ?

Ni appréhension ni crainte. De l’impatience et de l’espoir mais si je décide de publier un roman, c’est que je crois qu’il est bon pour le service. J’ai une trentaine de romans qui ne sortiront jamais de mon ordinateur ou des cahiers dans lesquels je griffonnais étant ado. A partir de là, je suis suffisamment confiant pour ne pas redouter l’accueil de mes lecteurs et lectrices chéri(e)s que j’aime à la folie.

10/ Pour finir, quels conseils donnerais-tu aux abonnés rêvant de devenir écrivain ?

Tant que je n’aurai pas vendu un million d’exemplaires je m’abstiendrai de donner des conseils.

Bon, comme ça risque de prendre du temps, je ne donnerai pas un conseil mais plutôt une idée que je me fais de l’écriture.

Un écrivain, c’est quelqu’un qui écrit. Champion du monde des lapalissades, Luca Tahtiemachin ? Non, non… Devenir écrivain, pour beaucoup, c’est être connu, vendre ou même… publier.

Pas besoin d’être connu, de vendre ou de publier, non. Un écrivain est un écrivain parce qu’il écrit. Si vous aimez écrire, ne vous fixez pas d’objectif pendant la conception du manuscrit. Ecrivez, point. Si le résultat est une merde, planquez-le. Et s’il n’est pas une merde et que vos yeux seront les seuls qui se poseront dessus, hé bien vous savez quoi, vous serez malgré tout un écrivain.

Il ne faut pas confondre l’état de réalité avec le succès, la gloire ou le fric. L’acte d’écrire est un panard total, quel que soit le destin de l’œuvre produite.

Vous avez été séduits par cette interview et souhaitez découvrir la plume de Luca Tahtieazym? Tous ses romans sont dès à présent disponibles sur amazon ! Il vous suffit de cliquer !

 

Publicités

7 réflexions sur “[10 questions à] Luca Tahtieazym

  1. sevylivres dit :

    J’ai lu trois romans sur les quatre, et je reconnais bien l’auteur dans l’interview qui m’a fait rire autant que ses livres. Je ne sais pas s’il faut commencer par lire ses livres ou son interview pour réussir à le comprendre… Moi j’ai commencé par les livres !
    Je suis fan !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s